Drame / Young Adult – Hate List de Jennifer Brown

Synopsis:

« C’est moi qui ai eu l’idée de la liste. Je n’ai jamais voulu que quelqu’un meure. Est-ce qu’un jour on me pardonneras ? »
C’est ce que pense Valérie, effondrée après un drame inexplicable survenu au lycée. Son petit ami, Nick, a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu’ils ont écrite pour s’amuser et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants dans l’établissement. Maintenant, ils sont blessés ou morts. Et Nick s’est suicidé, emportant son secret pour toujours. Mais Valérie elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses? Jusqu’au matin, où elle se lève et quitte sa chambre pour retourner au lycée…

Mon avis:

Après avoir lu de nombreux avis plus que positif de la part de nombreux bloggueurs et bloggueuses,  j’avais très envie de découvrir ce roman afin de m’en faire ma propre opinion. J’avoue que la couverture ne m’attirait franchement pas plus que ça mais le synopsis m’attirait beaucoup. Il n’est pas sans rappeler les différentes tueries dans les établissements scolaires américains que l’on voyait aux journaux télévisé et j’était très curieuse de lire la façon dont l’auteur avait écrit cette histoire et de quelle façon un sujet aussi difficile allait être abordé.

Nous découvrons donc Valérie, une jeune fille plutôt discrète, au look plutôt sombre et gothique. Elle subit plusieurs réflexions et agressions qu’elles soient verbales ou physique de la part de certains élèves de son lycée. Son petit ami Nick est lui aussi victimes de ces brimades et à eux deux, ils vont établir une liste. Celle de tout ceux qui les ont brimés et sans qui tout irai pour le mieux… Malheureusement, Nick va prendre cette liste beaucoup trop au sérieux et commettre l’irréparable. A partir de ce jour la vie entière de Valérie va basculé en même temps que celle de toute sa famille… Ce roman est l’histoire de Valérie, de sa vie avant le drame mais aussi de l’après drame. Elle va nous donner sa vision des choses, nous faire partie de ses sentiments, de sa culpabilité et de la réaction des autres. Entre son retour au lycée et le regards des autres élèves qu’elles va devoir affronter, ses souvenirs qui la hantent, et sa famille qui est loin d’être unie. Elle se pense responsable du drame tout comme certains élèves, professeurs et même, ses parents. Ce récit est celui de sa reconstruction psychologique et physique éprouvante, un combat de chaque instant pour surmonter ce drame.

Le personnage de Valérie m’a beaucoup touché puisqu’elle est comme n’importe quelle adolescente, avec des rêves, des projets et des espoirs. Je n’ai a aucun moment ressenti qu’elle puisse être foncièrement mauvaise bien au contraire, la situation lui a échappé et elle en a subi les conséquences comme tout les autres personnages. Son combat contre la suspicion des autres, sa propre culpabilité et le ressentiment de toutes les personnes qui l’entourent est à la fois terriblement difficile et compliqué. Je l’ai trouvé très courageuse puisque là où d’autres aurait baissé les bras, elle a persévéré malgré tout, surmontant chaque épreuve avec force et courage et de façon très humble! Je n’ai pas réussi à cerner tout à fait le personnage de Nick mais il m’a parut profondément malheureux et secret.

Ce livre est un témoignage percutant et poignant sur les relations entre adolescent, le fait qu’ils ne soient pas très tendre entre eux et les drame qui peuvent en découler.  A quel point certaines réflexions peuvent marquer une personne et la blesser profondément. Un livre qui je pense, devrait être mis entre toutes les mains d’adolescents. C’est aussi une grande leçon sur la compréhension, la compassion et le pardon mais aussi sur l’hypocrisie et le fait que les apparences peuvent être trompeuses dans le monde des adolescents. Il nous donne envie d’être plus vigilant, de chercher à comprendre le comportement de certains ados, de leurs expliquer les choses et surtout le respect de l’autre.

La plume de l’auteur est pleine de justesse et d’émotion, elle nous fait vivre et ressentir chaque émotion avec tant de force que l’on a l’impression de vivre l’histoire de l’intérieur, aux côtés de Valérie. Jennifer Brown a la capacité de nous livrer une histoire dramatique et poignante qui nous prend aux tripes et nous donne une grande leçon de vie. Elle m’a tenu en haleine de bout en bout et j’ai également apprécié les différents extraits de la presse a scandales tout au long du roman et qui nous montre là encore à quel point la dureté des mots peut nous toucher. Son style d’écriture est également très fluide et surtout très prenant, on ne peut s’empêcher de vouloir connaître la suite et de suivre Valérie sur le chemin de sa reconstruction.

Pour conclure, je dois dire que je ne trouve pas les mots pour vous dire à quel point ce roman m’a émue aux larmes et m’a touché au plus profond. C’est un véritable coup de coeur pour ce roman à la fois percutant et plein d’émotions que je vous recommande chaudement…

Drame – Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee

J’ai pu lire ce livre dans le cadre d’un livre voyageur grâce à Paikanne qui le propose sur son blog ICI et que je remercie pour cette belle découverte!

Synopsis:

Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.  Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès. Il ne suffit pas en revanche à comprendre comment ce roman est devenu un livre culte aux États-Unis et dans bien d’autres pays. C’est que, tout en situant son sujet en Alabama à une époque bien précise – les années 1930 -, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et au mal. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le Prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier.

Mon avis:

Après avoir entendu beaucoup de bien sur ce livre j’avais hâte de le lire et de découvrir pourquoi tellement de personne en faisait un coup de coeur. L’histoire est raconté ici à travers les yeux de Scout (Jen Louise Finch) qui, avec son frère Jem, va découvrir la vie avec ses bons et mauvais côtés.Scout est une petite fille très vive, légèrement garçon manqué et très curieuse qui va grandir et évoluer petit à petit avec son frère et apprendre énormément de choses en posant milles et unes questions. Jem est son grand frère et il est un peu plus réfléchi que Scout, lis énormément et va devoir apprendre à devenir un homme en grandissant et comprendre que le monde et la vie n’est pas toujours juste. Leur père, Atticus, est quelqu’un de juste qui veut élever ses enfant au mieux et leur inculquer ses valeurs et son sens de la justice. C’est un père aimant et protecteur qui aide beaucoup ses enfants à s’instruire et à comprendre la vie.Ce roman m’a beaucoup plu par l’histoire qu’il raconte, les difficultés qu’ont les enfants à grandir, à se tenir correctement vis à vis de la bienséance, les premiers amours, la curiosité, etc… J’ai trouvé certains passage très émouvants et d’autres vraiment très drôle puisque Scout et Jem ont le chic pour se fourrer dans des situations cocasses. Un autre thème est également abordé dans ce livre et qui me touche beaucoup, le racisme ainsi que l’esclavage aux Etats-Unis des années 30. L’auteur nous raconte l’histoire avec simplicité et justesse mais comment ne pas être touché? Il nous emporte dans l’histoire et nous donne envie de nous battre avec les personnage pour pouvoir réussir à changer les choses, il nous fait grandir avec Scout et Jem, nous décris la misère avec tant d’émotion qu’il est impossible de rester de marbre. La plume de l’auteur est vraiment fluide et le livre se lit très rapidement mais il se savoure par sa merveilleuse histoire et surtout il nous montre à sa façon l’évolution de l’enfance et l’injustice.

Un coup de coeur donc, pour moi aussi avec un livre qui m’a beaucoup touché et beaucoup fait rire avec un sujet pourtant difficile à abordé mais fait avec beaucoup de finesse et de justesse. Je le recommande vraiment à tout le monde et j’y ai découvert un auteur et une histoire vraiment magnifique. Un chef d’oeuvre à découvrir de toute urgence!