Jury Prix Biblioblog 2011 – Jon L’islandais de Bruno d’Halluin

Synopsis:

Au XVe siècle, des vaisseaux triomphants sillonnent les mers et se disputent la découverte de nouveaux continents. Une époque vertigineuse où un océan peut encore être découvert au détour d’une forêt. Mais à l’heure où des hommes tentent de repousser les limites du monde, un peuple brillant sombre dans l’oubli. Jón Thorsteinsson est le dernier héritier des Vikings du Groenland. Enlevé à l’âge de sept ans par les Anglais, il doit quitter l’Islande et devient domestique à Bristol. L’océan qu’il traverse pour la première fois le fascine. Et c’est bientôt un jeune marin exceptionnellement doué qui reprend le large, mû par le désir de retrouver sa mère et d’arpenter à nouveau les fjords sauvages et les glaciers de son enfance. La vie, à l’image de la mer, est imprévisible et réserve bien des surprises au jeune garçon qui file à vive allure dans le sillage des grands explorateurs de son temps.

Mon avis:

Moi qui ne suis pas très fan de livre sur le thème des marins, je dois dire que celui-ci me conforte encore plus dans mon opinion! L’histoire est certes intéressante puisqu’elle raconte l’époque des découvertes de nouveaux continents et l’exploration des mers mais je n’ai pas réussi à m’attacher au personnage et à son évolution. J’ai, malheureusement, trouvé ce livre trop ennuyeux de part ses trop nombreuses description, sa documentation, certes riche, mais trop scolaire à mon goût. Le rythme est beaucoup trop lent et propice à l’ennui et à l’endormissement. Ce n’est donc pas un thème que je ré-aborderai avec plaisir et je ne conseil pas non plus ce livre qui, pour moi, est une grosse déception.

Publicités

Jury Prix Biblioblog 2011 – L’assassinat d’Yvon Toussaint de Yvon Toussaint

Synopsis:

Au départ, un fait réel. Un sénateur haïtien, par ailleurs médecin, est abattu à Port-au-Pince d’une balle dans la tête. Il s’appelle Yvon Toussaint. Un journaliste retraité, nommé lui aussi Yvon Toussaint, décide de reconstituer la vie et la mort de cet homonyme sorti du néant. Il part pour Haïti, rencontre la veuve, les enfants, les maîtresses, les amis politiques, les gardes du corps, les confrères…et peut-être les assassins d’un personnage dont la silhouette prend corps dans l’oppressant environnement d’une île maudite depuis deux siècles.  » Ici, le sol est spongieux, lui dit-on. Marchez-y prudemment sous peine de faire jaillir du sans sous vos souliers !  » D’autres figures surgissent qui apportent leurs témoignages ou mystifient l’enquêteur : agents doubles et indics à toutes mains, gazouillantes prostituées et cabotin mirobolant, intellectuels de haut vol dont la rhétorique étourdit ou encore drag queen pathétique comme le malheur, sibylline comme le destin. Mais soudain, l’enquête bifurque, la grande ombre noire du vaudou se déploie et suggère d’autres énigmes. Dans ce culte cher au sénateur et qui célèbre rituellement les jumeaux, quand ce ne sont pas les doubles, lequel des Yvon Toussaint va-t-il posséder l’autre ?

Mon avis:

En ayant ce livre entre les mains, je ne m’attendais pas du tout à ce que j’ai lu. Tout le roman se passe à la seconde personne du singulier ce qui donne l’impression que l’auteur nous parle et d’être nous même dans la peau du héros. Ce livre et son histoire est une invitation au voyage exotique dans Haïti. Un pays dévasté par la pauvreté, la violence et les maladies, mais aussi un pays ou les gens s’aiment et se haïssent. L’histoire est vraiment très originale avec l’idée de retracer la vie d’un homonyme décédé ou plutôt assassiné à l’autre bout de la planète. Yvon fera le voyage et apprendra à connaitre son double, sa vie, son caractère mais aussi les problèmes de ce pays, ses coutumes, ses règles. Beaucoup de Politique au coeur de ce récit mais aussi de vaudou ce qui rend le tout vraiment agréable à lire. L’auteur nous dépeint l’atmosphère et l’univers de ce roman avec justesse et force, il nous happe jusqu’à la dernière page et nous permet de vivre l’histoire en même temps que lui. C’est un livre vraiment originale et intéressant malgré quelques longueurs que j’ai vraiment apprécié! La plume de l’auteur est très riche mais il y a beaucoup de longueurs et de description.

Je le conseille à ceux qui aiment ou veulent découvrir Haiti, ses secrets, son univers… ou tout simplement pour lire un livre d’un autre genre!

Jury Prix Biblioblog 2011 – L’embrasure de Douna Loup

Synopsis:

La forêt est grande, profonde, vibrante, vivante et vivifiante. Elle est quelque chose comme une femme qui voudrait l’homme sans lui dire. Quelque chose qui dit oui sous la robe mais qui s’est perdu dans la bouche, qui devient tendre dans l’humus et vous jette des ronces au visage. La forêt est comme ça, ici. Le sauvage sait y faire. L’attirance qu’elle éprouve à se faire explorer, elle la garde au-dedans, de la sève en puissance qui coule sous la terre, qui monte comme une odeur et vous emballe sur-le-champ. Même le ciel, au-dessus, ne reste pas indifférent. A vingt-cinq ans, il mène une vie simple : des collègues d’usine avec qui faire la fête le samedi soir, des aventures amoureuses sans lendemain et surtout une passion : la chasse et l’amour de la nature. Son existence paisible bascule le jour où il trouve sous les arbres un homme mort avec à ses côtés un carnet aux écrits sibyllins. Obsédé par cette découverte, le jeune homme part sur les routes à la recherche du passé de celui qui a choisi de venir mourir dans sa forêt… Roman d’initiation moderne, L’embrasure est nourri par une écriture sensible pleine d’émotion.

Mon avis:

Je dois avouer que pour cet avis je ne sais pas par où commencer… Mon avis est mitigé mais il y a plus de négatif que de positif! Je l’ai lu en entier parce qu’il se lit vite et facilement mais il ne m’a pas séduite. J’ai trouvé l’histoire vraiment très ennuyeuse. La plume de l’auteur est très poétique mais je n’ai vraiment pas réussi à accrocher. Le personnage principale mène une vie des plus normale et pourtant la découverte d’un cadavre dans la forêt aurait du être tellement plus palpitante… Les seuls passages que j’ai aimé ici sont ceux avec Eva, jeune femme mystérieuse et qui va rendre le personnage principale ENFIN intéressant. C’est vraiment une grosse déception mais j’aurai au moins essayé!

Je ne vous le conseille pas vivement mais peut être que ceux qui aime la poésie et les odes à la forêt trouveront leur bonheur.

Jury Prix Biblioblog 2011 / Fantasy – Chevaucheur d’Ouragan de Sam Nell

Synopsis:

Abel de Tyr, Chroniqueur sans envergure, panse les plaies de son âme dans la cité-épave de Kraal, sinistre repaire de ruffians. Par le truchement d’une mystérieuse astrologue, il est invité à bord du Souffle de l’Âme, mythique vaisseau volant et fleuron de la flotte corsaire de la reine des Orages. Sous les ordres de Trestan Vortigern, prince damné de la maison Vortex, commence pour lui la plus incroyable des odyssées… Un voyage qui l’entraînera aux confins de l’Empire atlante sur les traces des Minotaures, des dragons et de la Pierre Philosophale.

Mon avis:

Un mot sur la couverture que je trouve superbe et qui illustre à merveille le livre. Je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoire en ouvrant ce livre. Durant la première partie, je dois dire que j’ai du m’accrocher puisque l’auteur nous emporte dans le feu de l’action dès les premières pages mais que le vocabulaire utilisé donne matière à réflection puisqu’il ne nous explique pas ce qu’est certaine choses, il faut chercher sois même. Néanmoins, j’ai beaucoup apprécié le roman malgré les longueurs qu’il peut y avoir, d’une part a cause des personnages qui, bien que nombreux, sont tous intéressants, riche et bien décrit, d’autre part, par la fabuleuse épopée des personnages, la recherche de la Pierre Philosophale, les batailles décrites à merveilles et qui nous emportent dans leur tourbillon. C’est ici le premier roman que signe l’auteur et arrivé à la fin, je me pose encore de nombreuses questions. J’ai essayé de fouiller sur le net pour trouver si il y aurait une suite pour donner des réponses à ces questions mais je n’ai pas trouver d’élément de réponse malheureusement. Je ne dirai pas que le style de l’auteur est fluide puisqu’il y a dans ce roman de nombreuses description longues et parfois ennuyeuses, ni que les pages se tournent vite, mais plutôt que c’est un roman à découvrir et que les fans de fantasy seront séduit à coup sûr.

Même si ce n’est pas un coup de coeur j’ai apprécié être plongé dans ce monde de fantasy et si l’auteur en fait une suite je la lirai avec plaisir rien que pour connaître la suite et ce que deviendront les personnages. Si vous êtes fan de fantasy, n’hésitez pas il vous plaira à coups sûr!! Et pour ceux qui seraient intéressé voilà le trailer du livre:

Jury Prix Biblioblog 2011 – Halte à Yalta de Emmanuel Ruben

Synopsis:

Mettons que c’était pour toutes ces raisons que je l’avais laissé me suivre. Mettons que j’avais trouvé le frère cadet qui me manquait. Mettons que j’avais trouvé l’enfant que je n’avais pas vu – voulu voir ? – naître. Je crois que je comprenais petit à petit pourquoi, d’une banale rencontre faite dans un train, était née une histoire – je ne dis pas une amitié ; entre le Tatar et moi, il s’agissait à la fois de bien plus et de bien moins que cela – une histoire, oui, qui devait durer dix jours à ne pas se lâcher d’une semelle.

Mon avis:

C’est un avis relativement mitigé et difficile à écrire pour ce livre parce qu’il m’a plu mais il y a également eu des choses qui m’ont déplus. C’est l’histoire d’un psy d’origine allemande et de ses voyages, de son nouveau départ à zéro suite à une rupture et à la faillite de son cabinet. Un voyage long et varié à travers toute l’Europe mais aussi à travers la Russie. L’histoire d’une amitié également qu’il nouera et dénouera avec un homme rencontré dans un train, Tatar. Tout ici n’est que poésie, le langage est très riche, parsemé de mot russe, d’écriture russe également. Malheureusement pour un voyage de 10 jours, j’ai trouver cela certes beau mais aussi beaucoup trop long… Beaucoup de longueurs, de description qui au final ne sont parfois que des répétitions et qui m’ont beaucoup lassé… Bien sûr que les descriptions des paysages sont utiles, belles et nous font voyager avec les personnages, mais les répétitions et certaines descriptions m’ont paru inutiles et trop ennuyeuses. La plume de l’auteur est magnifique, je n’ai rien à redire de ce côté là, j’ai beaucoup aimé la poésie qui s’en dégageait. Les chapitres sont très long aussi ce qui donne un peu de mal à s’arrêter au milieu de la lecture.

Un bon moment donc avec un livre remplie de poésie mais parfois trop ennuyeux pour moi malgré tout. Je conseille ce livre aux féru de poésie.